PRESSE
Téléchargez depuis le lien ci-dessous les divers articles concernant Thierry Poncelet.
Dossier de Presse


Articles provenant de:
- Maisons et Décors Méditerranée - Janvier 2004
- Connect - 5-19 Janvier 2004
- Monte-Carlo L’Année des arts et de la Culture - Octobre 2003
- Arts Actualité Magazine - Septembre Octobre 2003
- Coté Femme - 19 novembre 2003
- L’Evenement - Septembre 2000
- Very Important Brusseleir


Thierry PONCELET (Bruxelles, 1946)
Il aurait pu rejoindre la famille des peintres animaliers traditionnels et bâtir une carrière sur l’illustration d’ouvrages dédiés à ces chiens qu’il affectionne tant. Il aurait tout aussi bien pu se consacrer à la peinture de commande et immortaliser pour leurs propriétaires des spécimens racés à poils longs ou ras. Mais Thierry Poncelet a choisi une autre voie qui, sans renier son intérêt pour la gent canine, s’est trouvée plus en accord avec une passion pour la peinture classique et un sens de l’humour teinté d’irrévérence.

Né à Bruxelles en 1946, il étudie aux Beaux-Arts et à Saint-Luc avant d’entrer dans l’atelier de Max Massot où il pratique la peinture à l’huile et se forme à la restauration de tableaux anciens. Dans cette discipline ardue qui implique une connaissance approfondie des techniques picturales des siècles passés, Thierry Poncelet fait montre d’un talent certain et acquiert rapidement une solide réputation, notamment dans la restauration de portraits. L’aventure des « aristochiens » naît un jour de la confrontation avec un portrait d’aristocrate à la physionomie particulièrement ingrate. Impulsivement, notre restaurateur peint en lieu et place du laid visage, la tête d’un chien. Métamorphose qui se révèle du plus bel effet et offre un exutoire à la créativité de l’artiste.

Le genre n’est certes pas nouveau et se situe dans la tradition des créatures hybrides, mihomme mi-animal, qui peuplent l’imaginaire depuis la nuit des temps. De nombreux artistes ont en effet trouvé dans cette dualité un moyen d’accentuer certains types, des traits de caractère ou plus généralement de survoler la psychologie humaine en quelques archétypes bien campés. Thierry Poncelet se situe ainsi dans la droite lignée d’un Charles Lebrun ou d’un Isidore Granville, dont les Métamorphoses du jour (1828-29) connurent un succès retentissant et inspireront notamment les surréalistes.

Mais sa démarche part aussi du triste constat que les portraits d’ancêtres, pour prestigieux qu’ils aient pu être, croupissent pour la plupart dans nos greniers à, moins qu’ils ne soient relégués dans quelque coin obscur et négligés de tous. Alors pourquoi ne pas donner une nouvelle vie à ces tableaux oubliés ? C’est là que réside le génie de Thierry Poncelet, dans cette reconversion un brin provocante mais Ô combien savoureuse !

Brocanteurs, antiquaires, collectionneurs,... lui fournissent une matière brute dans laquelle il puise les pièces les plus intéressantes pour leurs qualités picturales mais aussi et surtout pour leur atmosphère : situations, poses, accessoires, tenue,... qui se prêteront mieux au détournement du portrait et contribueront à l’expression désirée. Car Thierry Poncelet revendique haut et fort le caractère psychologique de sa peinture. Plutôt qu’un panorama de la famille des canidés, ses portraits s’affirment comme une sorte de comédie humaine, une galerie d’expressions, de tempéraments et de sentiments auxquels l’animal prête ses traits. Et le résultat est à chaque fois saisissant de vérité. Sans doute parce que le chien, plus que tout autre animal, présente un tel registre d’expressions qu’il peut illustrer de nombreux traits de caractères et autant d’émotions. Sans compter la grande diversité de races qui offre déjà un beau panel de physionomies.

Les expositions de Thierry Poncelet en Belgique se font trop rares. Vivant et travaillant actuellement à Monaco, il est accaparé par une carrière internationale qui prouve combien sa peinture est appréciée à travers le monde. Une peinture solidement ancrée dans la tradition classique mais dont l’humour et l’originalité ne peuvent que ravir les amateurs du genre. L’ensemble présenté à la Galerie 87 est dont une occasion unique de faire plus ample connaissance avec ces fascinants « aristochiens ».

Didier Paternoster
Charles Kleinberg

Humour et sensibilité, finesse et irrévérence, le surréalisme est une denrée dont l’alchimie est dangereuse et qui nous est typiquement belge. N’est ce pas en effet placer des objets dans un contexte insolite, ou une pensée dans un environnement qui ne lui est pas habituel?

Il faut toute la grandeur d’un véritable artiste pour que ces rapprochements redeviennent une création pure. Je dirais plus: le sourire qui nous vient aux lèvres à la vue des portraits recomposés par Thierry Poncelet, est lui aussi d’une rare qualité. Que la gentille "bête" qui sommeille en nous se reconnaisse donc dans ces tableaux psychologiques.

Historique

Quand les portraits d’ancêtres ont eux-mêmes des ancêtres, voilà à peu près à quoi ils ressemblent. Thierry Poncelet est un grand admirateur de Granville et sans à aucun moment le plagier, on peut croire que c’est bien l’ombre de ce grand graveur romantique qui s’est penchée sur son épaule le jour où il a eu l’idée de créer les aristochiens.

Mais on peut remonter encore un peu plus loin et constater que nos ancêtres ont toujours imaginé de curieux hommes à têtes de chiens, qui furent leurs dieux parfois, ou de lointains cousins, baptisés Cynocéphales, réputés vivre dans de lointaines contrées orientales. A ce titre ils ont peuplé les gargouilles des cathédrales et les livres enluminés.

Lire la suite
© 2011 All rights reserved. Thierryponcelet.com